ligne

Ligne du Temps


«Les gens ne voyagent plus pour colporter l’histoire. Si Emlok a conservé la tradition orale et l’enseignement, les mots ne voyagent plus au-delà du royaume, et les nouvelles de l’extérieur sont rares. Ce que l’on dit encore, ce sont les dates ci-dessous, mais impossible de confirmer les dires avec des contemporains d’ailleurs. Ils ont… disparu. »

1345

Les grandes nations se déclarent à nouveau la guerre, et le monde sombre à nouveau dans le sang et de la sueur.

1346

Deux grands fronts se forment, que l’on retiendra comme celui du Nord et celui du Sud, le premier se déroulant sur la lande de terres séparant Karmik de la Baie Insoumise , et le second sur la Mer Intérieure et à la frontière d’Angemont. Les batailles y éclatent avant même la fonte des neiges, et la situation n’est gagnée pour personne.

1347

L’intervention audacieuse du fer bleu sur la mer intérieure permet aux Confédérés de prendre l’avantage au sud.

Un tremblement de terre secoue l’Est du Continent et l’on dit que Suru, capitale de l’Empire éponyme, a sombré dans les entrailles de la terre.

1348

Les Prämiens, aidés par le peuple de Karmik, prennent l’avantage au Nord. Ces deux fronts, l’un en faveur Confédéré et l’autre de l’Empire de Präm, progressent lentement, trop lentement de l’avis des puissants.

1349

Certains Prämiens commençent également à utiliser le fer bleu à des fins militaires, et finissent de convaincre que le front du Nord est leur.

“Née de la tempête, elle devait mourir de la tempête.” C’est ainsi que l’on parle de la fin de la Cité des Tempêtes, engloutie par la vague la plus immense vue de yeux d’hommes à l’automne de l’an 1349.

1353

La situation militaire stagne toujours: les deux nations, d’abord convaincues de l’emporter l’une sur l’autre, cherchent des moyens de percer la défense ennemie. L’invasion d’Emlok est lancée. Les deux partis rompent leurs traités et tentent de prendre Emlok par la force des armes. En moins d’un an, les Confédérés prennent le territoire et y instaurent un Gouverneur, Auguste Auberget.

1356

La Crève se répand dans les camps de soldats. Malgré la découverte d’un remède, la concentration d’hommes vulnérables rend la maladie plus dangereuse que jamais, et elle emporte des milliers de personnes sur les fronts et dans les grandes villes.

1358

Malgré la défaite à Angemont, les Confédérés confirment que le Sud est leur, et le centre du continent continue à alterner entre les victoires confédérées et prämiennes.

1362-1364

Trois étés de sécheresse finissent d’épuiser les hommes. Entre les combats, la famine et le manque de travail, les hommes de partout dans le monde tombent.

1365

Si le printemps et l’été 1365 s’annonçait radieux, doux et chaud, un automne d’orage violent déracina les grands arbres, défonça les petites maisons et inonda les moissons engrangés, accentuant l’horreur de la famine et de la guerre.

1366

Partout l’on dit que la guerre continue, et pourtant, les puissants ne s’y intéressent plus. Des hommes sont encore envoyés à la mort chaque année, mais en nombre de moins en moins important. Retranchés, les puissants jouent leurs propres jeux de main mise.

1369

Les nations s’entendent enfin sur une chose: l’utilisation du fer bleu dans les récentes années est la cause des désastres qui s’abattent sur les hommes. La chasse aux sorciers reprend de plus belle, et le fer bleu redevient ce métal honni de tous.

1371

Le Gouverneur Simon Auberget prend place en Emlok et continue l’oeuvre de son père, une oeuvre de discussions, de parole, malgré la révolte des loyalistes du Roi qui gronde.

1372

Des rumeurs rapportent un nombre grandissant de territoires se revendiquant d’être “insoumis” à aucune des nations, partout, du nord à l’est, sans épargner l’ouest et le sud.

1375

Un groupe de sorciers apatrides décime des populations de partout dans le monde. Une intervention non politique de plusieurs forces armées terminent leurs jours. Un message est lancé: on ne joue plus avec les arcanes.

1376

La Crève fait un retour cruel dans les grandes villes. Les cités, déjà mises à mal par le manque de vivres, perdent des habitants jours après jours.

1378

Un accord commercial avantageux pour Emlok est établi par le Gouverneur et permet aux familles natives de prospérer et surtout, d’apaiser le climat tendu qui règne.

1381

Un hiver d’une longueur insoutenable frappe le monde et oblige les forêts et les livres à être brûlés en grands nombres. Les récoltes seront désastreuses et le moral des hommes frôle le zéro.

1383

En Emlok, les fidèles au Roi s’attaquent au Gouverneur. Une violente répression s’en suit, où les troupes Confédérées déciment aisément les troupes de nombreux jeunes de familles importantes. Menés par le prince Constantin Vardamir, ce dernier se voit exilé par son propre père, rachetant ainsi la paix entre la famille royale et le Gouverneur.

1389

Les certitudes s’effondrent. Des rumeurs de Cités à nouveau indépendantes arrivent de l’ouest alors que l’Empire, semble-t-il, couronne un nouvel empereur dans un territoire plus que jamais réduit. Les nouvelles du front ne viennent plus. Y-a-t’il seulement encore un front ?

1392

Humiliation pour l’administration du Gouverneur Auberget suite à une attaque de l’Épouvantard sur une ferme réputée d’Emlok. Les troupes perdues ne sont pas remplacées par la Confédération et pour la première fois, des habitants d’Emlok sont recrutés au sein du corps armé du Gouverneur.

1395

À l’automne de 1395, alors qu’une révolution gronde, le Gouverneur Simon Auberget se retire de lui-même d’Emlok et rejoint la Confédération avec le gros de ses troupes. Le Roi Vardamir récupère le trône et instaure une série de réformes au cours de l’hiver.

1396

Un Royaume renaît, et c’est à vous d’en écrire les premières lignes.