ligne

Ligne du Temps


«Les gens ne voyagent plus pour colporter l’histoire. Si Emlok a conservé la tradition orale et l’enseignement, les mots ne voyagent presqe plus au-delà du royaume, et les nouvelles de l’extérieur sont rares. Ce que l’on dit encore, ce sont les dates ci-dessous, mais impossible de confirmer les dires avec des contemporains d’ailleurs. Ils ont… disparu.»

Chapitre 1

1345

Les grandes nations se déclarent à nouveau la guerre, et le monde sombre à nouveau dans le sang et de la sueur.

1346

Deux grands fronts se forment, que l’on retiendra comme celui du Nord et celui du Sud, le premier se déroulant sur la lande de terres séparant Karmik de la Baie Insoumise , et le second sur la Mer Intérieure et à la frontière d’Angemont. Les batailles y éclatent avant même la fonte des neiges, et la situation n’est gagnée pour personne.

1347

L’intervention audacieuse du fer bleu sur la mer intérieure permet aux Confédérés de prendre l’avantage au sud.

Un tremblement de terre secoue l’Est du Continent et l’on dit que Suru, capitale de l’Empire éponyme, a sombré dans les entrailles de la terre.

1348

Les Prämiens, aidés par le peuple de Karmik, prennent l’avantage au Nord. Ces deux fronts, l’un en faveur Confédéré et l’autre de l’Empire de Präm, progressent lentement, trop lentement de l’avis des puissants.

1349

Certains Prämiens commençent également à utiliser le fer bleu à des fins militaires, et finissent de convaincre que le front du Nord est leur.

“Née de la tempête, elle devait mourir de la tempête.” C’est ainsi que l’on parle de la fin de la Cité des Tempêtes, engloutie par la vague la plus immense vue de yeux d’hommes à l’automne de l’an 1349.

1353

La situation militaire stagne toujours: les deux nations, d’abord convaincues de l’emporter l’une sur l’autre, cherchent des moyens de percer la défense ennemie. L’invasion d’Emlok est lancée. Les deux partis rompent leurs traités et tentent de prendre Emlok par la force des armes. En moins d’un an, les Confédérés prennent le territoire et y instaurent un Gouverneur, Auguste Auberget.

1356

La Crève se répand dans les camps de soldats. Malgré la découverte d’un remède, la concentration d’hommes vulnérables rend la maladie plus dangereuse que jamais, et elle emporte des milliers de personnes sur les fronts et dans les grandes villes.

1358

Malgré la défaite à Angemont, les Confédérés confirment que le Sud est leur, et le centre du continent continue à alterner entre les victoires confédérées et prämiennes.

1362-1364

Trois étés de sécheresse finissent d’épuiser les hommes. Entre les combats, la famine et le manque de travail, les hommes de partout dans le monde tombent.

1365

Si le printemps et l’été 1365 s’annonçait radieux, doux et chaud, un automne d’orage violent déracina les grands arbres, défonça les petites maisons et inonda les moissons engrangés, accentuant l’horreur de la famine et de la guerre.

1366

Partout l’on dit que la guerre continue, et pourtant, les puissants ne s’y intéressent plus. Des hommes sont encore envoyés à la mort chaque année, mais en nombre de moins en moins important. Retranchés, les puissants jouent leurs propres jeux de main mise.

1369

Les nations s’entendent enfin sur une chose: l’utilisation du fer bleu dans les récentes années est la cause des désastres qui s’abattent sur les hommes. La chasse aux sorciers reprend de plus belle, et le fer bleu redevient ce métal honni de tous.

1371

Le Gouverneur Simon Auberget prend place en Emlok et continue l’oeuvre de son père, une oeuvre de discussions, de parole, malgré la révolte des loyalistes du Roi qui gronde.

1372

Des rumeurs rapportent un nombre grandissant de territoires se revendiquant d’être “insoumis” à aucune des nations, partout, du nord à l’est, sans épargner l’ouest et le sud.

1375

Un groupe de sorciers apatrides décime des populations de partout dans le monde. Une intervention non politique de plusieurs forces armées terminent leurs jours. Un message est lancé: on ne joue plus avec les arcanes.

1376

La Crève fait un retour cruel dans les grandes villes. Les cités, déjà mises à mal par le manque de vivres, perdent des habitants jours après jours.

1378

Un accord commercial avantageux pour Emlok est établi par le Gouverneur et permet aux familles natives de prospérer et surtout, d’apaiser le climat tendu qui règne.

1381

Un hiver d’une longueur insoutenable frappe le monde et oblige les forêts et les livres à être brûlés en grands nombres. Les récoltes seront désastreuses et le moral des hommes frôle le zéro.

1383

En Emlok, les fidèles au Roi s’attaquent au Gouverneur. Une violente répression s’en suit, où les troupes Confédérées déciment aisément les troupes de nombreux jeunes de familles importantes. Menés par le prince Constantin Vardamir, ce dernier se voit exilé par son propre père, rachetant ainsi la paix entre la famille royale et le Gouverneur.

1389

Les certitudes s’effondrent. Des rumeurs de Cités à nouveau indépendantes arrivent de l’ouest alors que l’Empire, semble-t-il, couronne un nouvel empereur dans un territoire plus que jamais réduit. Les nouvelles du front ne viennent plus. Y-a-t’il seulement encore un front ?

1392

Humiliation pour l’administration du Gouverneur Auberget suite à une attaque de l’Épouvantard sur une ferme réputée d’Emlok. Les troupes perdues ne sont pas remplacées par la Confédération et pour la première fois, des habitants d’Emlok sont recrutés au sein du corps armé du Gouverneur.

1395

À l’automne de 1395, alors qu’une révolution gronde, le Gouverneur Simon Auberget se retire de lui-même d’Emlok et rejoint la Confédération avec le gros de ses troupes. Le Roi Vardamir récupère le trône et instaure une série de réformes au cours de l’hiver.

Chapitre 2

1396

Le Royaume de Belgarath renaît, indépendant, fort et fier.

Le Roi Artanis Ier Vardamir meurt au courant de l'été, un peu plus d’un an après avoir enfin gouverné son royaume.

La famille Tranchant jure fidélité aux Nasheel, abandonnant leurs voeux de vassalité à l’égard de la famille Kaherdin.

1397

Constantin Vardamir prend possession d’une terre adjacente au royaume de Belgarath et signale son retour au Royaume. C’est la fin de son exil.

La Guerre des Deux-Princes, courte mais marquante, couronne Auguste Ier Vardamir. L’autre prétendant, son frère Constantin, reste à sa cour. Le Roi prend pour épouse Viktoria Croquard qui deviendra la Reine Viktoria Vardamir.

Premier contact avec le peuple de Saint-John, qui proclame être venu par des portes entre les mondes. Disparition de ces derniers dans les jours qui suivent.

1398

Création royale de l’Aube, l’organisation d’abord imaginé par les Kaherdin reçoit le sceau royal sous les décisions du Sénéchal Loönrot, et consiste en une formation militaire pour tous les habitants d’Emlok.

1399

Les forces d’Emlok, plus forte que jamais, écrase les nations insoumises des alentours, à l’exception notable des Lac-Jaunistes, qui semble profiter de la faiblesse des nations pour s’enrichir.

Alors que la Reine attend le premier enfant du couple royal, le Roi proclame que le sang est plus fort que le genre, et qu’homme ou femme, le premier né sera appelé à régner. Sous l’influence du Maître des Lettres et des Traditions, l’ensemble des patriarches et matriarches adoptent la coutume. Naît ensuite Artanis II Vardamir, prince héritier du trône de Belgarath.

1400

L’âge d’or entamé par la sécurité d’Emlok se confirme avec l’ouverture de l’École du Don Judas Constantin, institution chargé d’éduquer les individus avec des dons sorciers.

La même année, un Nouvel Éli se lève en Emlok. Grégoire Collins se proclame Éli et embrasse l’École du Don. Agitation au sein des priants de l’Élu sur toutes les fermes.

1403

Un décret royal, signé de la main de la Reine, cautionne l’École du Don. Malgré des réticences initiales de la populace, l’école connaît un succès croissant au cours des années subséquentes.

Le Salon d’Été ouvre officiellement ses portes à tous les genres, faisant suite aux décrets royaux qui ont lieu quelques années plus tôt.

1404

Mort du Patriarche Clément Nasheel, principal opposant à l’École. Certains crient au complot, mais la mort n’est jamais élucidée. Cherchant à apaiser les maux des familles le Roi rend les pupilles des principales familles rebelles lors de la Guerre des Deux-Princes.

1407

Après dix ans, les Portes entre les mondes s’ouvrent à nouveau pour Saint-John. Des tensions surgissent quand ils constatent comment les sorciers sont désormais traités, et un mariage royal est refusé. Malgré tout, le commerce commence entre les deux nations.

Instauration des Soldats de l’hiver au sein de l’Aube. Ces derniers sont des officiers en charge de gérer de petites équipes pour des missions particulières. Ils peuvent prendre part à la Cour d’hiver.

1409

En cherchant sur le Don, les sorciers découvrent que leur Don ne provient pas de ce monde, et que la sorcellerie corrompt lentement le monde même. Probablement déchiré à l’interne par la découverte, il se font surprendre lorsque la nouvelle sort de l’institution. La populace est incontrôlable et naît le premier Brasier, incarnation de la colère populaire. C’est la fin d’une ère, et Emlok perd de ses plus brillants intellectuels. La sorcellerie est à nouveau honnie, et les gens qui la pratique, avec ou sans bonne intention, sont inexcusables aux yeux d’Emlok.

Ce changement de cap brusque davantage les relations avec Saint-John.

Une attaque du Brasier sur le château royal cause beaucoup de morts dans les Chevaliers de Belgarath. C’est le décès du très aimé Commandant Ambroise Soccharine. Les agitateurs furent traqués et tués par le frère du roi, Constantin Vardamir.

Début de la Petite Noirceur.

1410

Profitant de la faiblesse d’Emlok, le Roi-Jaune et ses Lac-Jaunistes terminent leur conquête des terres avoisinantes et deviennent la force insoumises à craindre. Escarmouches fréquentes entre les deux peuples.

Le Patriarche Fabrice Kaherdin disparaît en ne laissant derrière que quelques traces de sang. Le mystère derrière cette disparition n'est jamais élucidé.

Le support de Grégoire Collins à l’École ne signe pas sa perte, mais conclue le schisme qui s’opére au sein du culte, divisant les priants entre ceux qui croient en son statut d’Éli et ceux qui le nient.

Constantin Vardamir reçoit le titre de Seigneur et un poste au conseil royal, agissant ainsi comme bras droit du Roi.

Les portes Entre-les-Mondes restent close, et Saint-John ne donne aucune trace de vie.

1411

Mort de la Reine-Mère Mélanie Vardamir, plongeant la grandissante famille royale dans le deuil.

La famille Burmalox tire parti de la Petite Noirceur pour acculer les Kaherdin au pied du mur. Récupérant les terres les plus fertiles et s’accompagnant des Marchecieux, ils deviennent l’une des trois familles majeures du royaume.

À la fin de 1411, au coeur d’un hiver particulièrement froid, des entités Gardienne se révèlent. Nul ne saurait expliquer comment la révélation s’est exactement faite, mais milles et uns évènements sordides pointent en une direction, elles ont toujours protégé Emlok, mais demande maintenant tribut pour continuer à le faire. Sans dieux ni hommes pour les protéger, la population d’Emlok acceptent majoritairement ces nouveaux gardiens.

1413

Le groupe des Lanternes se réorientent pour désormais être en charge des tribus fait aux Gardiens. Exode de certains vétérans qui n’acceptent pas ces changements.

L’Épreuve du Nom devient une coutume répandu auprès de toutes les familles soucieuses de plaire aux nouveaux gardiens. De nouveaux rites sont également instruits dans le même but.

1414

Retour de Saint-John, poussés par des impératifs commerciaux. Les diplomates établissent que la sorcellerie, les Honnies, l’École du Don, et tout ce qui s’y rattache, sera formellement interdit dans leurs échanges commerciaux. Le sujet devient tabou entre les deux nations.

Jean de Lièvre reprend en main le Emlok-Matin, tombé en désuétude avec la chute des Dulac. Il agit en tant que rédacteur en chef et guide les opérations de ce groupe qui gagne en influence.

Antonin Dupuys quitte son poste de Grand Trésorier, laissant sa place à son fils, Lambert. Il débute sa carrière en passant au peigne fin les comptes de toutes les familles, pour le meilleur et pour le pire.

1415

Après de longues et ardues années, le village Francmarchand est officiellement établi sur les terres Nasheel et opère en tant que comptoir commercial.

Affamés et épuisés apparaissent des hommes et des femmes inconnues aux frontières du Royaume. Ils proviennent d’une cité lointaine, nommée Cité des Brumes, et sont ébahis de la culture et la grandeur d’Emlok. Après de longues hésitations, ils sont nourris et protégés avant d’être renvoyé en leur terre.

1417

Le commerce, terriblement ardu, commence entre la Cité des Brumes et Emlok.

Jurgen Loönrot est remercié, sous les honneurs, pour sa grande implication à titre de Sénéchal. Le jeune Aurèle Vardamir reprend ce siège au conseil royal.

Remis de la Chute, protégé plus que jamais par la présence des féés gardiennes, partenaire commerciale de deux nations, Emlok prospère à nouveau. Tout cela lui profère une identité nouvelle, celle de puissance montante. Attention, loin des empires d’antan, Emlok ne reste qu’un grand village, mais un plus grand village que tout ce que semble connaître le reste du monde.

1418

Annonce Royale de l’ouverture des frontières commerciales de Belgarath, les vassaux du roi sont invités à agrandir le Royaume en son nom et à faire prospérer l’État. C’est le début de l’ère de la colonisation.

Avec ce discours, un nouveau Emlok vient de voir le jour.

Qu’on soit là depuis toujours ou qu’on revienne d’un long ermitage, qu’on sache chaque recoin de l’histoire ou rien du tout, qu’on soit nouveau ou ancien, fils de nobles ou simple serfs, tous peuvent participer aux nouvelles aventures d’Emlok.

Et vous, le ferez-vous?